Arnaud RAMPILLON Apiculteur

Bienvenue ! Laissez-moi vous présenter mon activité.

 

Après une carrière dans le conseil en environnement ( agroalimentaire et agriculture), j’ai choisi d’exercer un métier proche de la nature, rythmé par les saisons, en organisant mon temps autour d’une production de qualité et de ma passion pour les abeilles.

 Installé en apiculture en 2006, je travaille seul sur un cheptel de 300 ruches environ.

La miellerie est aujourd’hui située à Marigny St Marcel, près de Rumilly.

C’est une apiculture de petite transhumance, les ruches sont déplacées au fil des floraisons, sur des distances de 15 à 60 Kms. L’objectif est de permettre aux abeilles l’accès aux ressources mellifères (nectar et pollen des fleurs) tout au long de la saison, de façon à favoriser leur développement et leur santé. 

 Mes ruchers ( 30 ruches environ sur un même site) se trouvent en Haute Savoie, Savoie, dans l’Ain et en Isère. 

Je pratique une apiculture relativement conventionnelle, c’est-à-dire faite de gestes simples, à l’écoute des besoins de la ruche, du calendrier de floraison et de la météo. Les soins aux abeilles font appel à des pratiques qui respectent l’animal et son intégrité, et quand la survie de la colonie est en jeu, il faut savoir agir à temps pour appliquer le traitement qui convient. Les abeilles sont capables de produire bien plus que ce dont elles ont réellement besoin. Elles sont opportunistes et cet instinct d’amassage est mis à profit par l’apiculteur, à condition toutefois d’être raisonnable et de leur laisser suffisamment de ressources.

Produits

Les produits de mes ruches

L’apiculture, c’est aussi la fabrication de nombreux produits à base de miel, de propolis, de cire d’abeilles, …

Pour la distribution de mes produits, je privilégie des circuits courts et une clientèle locale afin de rester cohérent avec la démarche d’écologie active qui me motive. Je suis producteur-associé au point de vente collectif ‘ Au rendez-vous du terroir’ à Annecy.

http://www.aurendezvousduterroir.fr/

Pour la distribution en magasins locaux, je travaille essentiellement avec le réseau BIOCCOP, dont je partage les valeurs. Et en plus, ils sont vraiment très sympas !

 

Les miels

Produit directement de l’extraction des cadres de cire, mon miel est pur, naturel, sans ajout d’aucune sorte. Aucun traitement vétérinaire n’est effectué avant récolte.

Sapin (miellat)

Toutes fleurs

Montagne

Forêt

Moins piquant que le miel de sapin d’Alsace, texture onctueuse, ambré, cristalise  lentement. 

> Tisanes, sur du pain grillé avec du beurre

Fruité, faible cristalisation (devient crêmeux). Riche en glucose.

> Polyvalent ( tartines, crêpes, pommes au four, pain d’épices…)

Acidulé et boisé, équilibré en oligo-éléments. Cristalisation moyenne.

> Tartines, à la cuillère, nappages, …

Corsé à tanique, légère amertume clair à ambré. Préféré par les adultes. Riche en oligo-éléments, expectorant.

> Sur pain grillé, tisanes, confiseries. Recommandé pour les problème respiratoires

 

sans oublier le Miel d'acacia : liquide et très clair, doux et subtil

Aromiel de Thym Romarin

Propomiel ( miel et propolis)

Miel de montagne, additionné d’huiles essentielles bio de thym et romarin

Prévention
des problèmes ORL, renforce l’immunité

Miel de montagne, additionné de teinture-mère de propolis

Prévention
et soins de l’arthtrite et de l’arthrose. Bactéricide, antiviral,
anti-inflammatoire

Le pain d'épices

Mon pain d’épices ne contient pas de lait, ni beurre, ni œufs. Il se conserve très bien 1 mois après fabrication. Les épices employées sont : anis vert, badiane, cannelle, girofle, cardamome. Il contient 30 % de miel. Je fabrique également des palets au miel, des cookies ‘miel-noix-pommes’, des petits gateaux aux pommes et aux noix. 

Pour toutes mes pâtisseries, je m’approvisionne localement pour la farine (Vaulx 74), le beurre ( Vaulx 74), les œufs ( Lornay 74 ), les pommes (Cruseilles 74) et les noix (Montmirail 26)

Spray à la propolis

Flacon de 15 ml. « Haleine fraîche et voix claire »

La propolis est une résine butinée par les abeilles sur les bourgeons des arbres ( peuplier et marronier …). Ses propriétés sont bactéricides, anti-fongiques, et antivirales, mais aussi anti-inflammatoires et analgésiques Mon spray est obtenu à partir de teinture mère de propolis, additionnée de miel et d’huile essentielle d’orange bio ; formule ‘ maison’ conçue pour l’hygiène buccale et pour la gorge. Les fines particules de Propolis exercent une activité calmante et rafraichissante, immédiate et durable

Hydromel

Bouteille de 75 cl

C’est un vin de miel, obtenu par fermentation alcoolique de miel dans l’eau, additionnée de levures de vin blanc ( sauterne). L’hydromel titre 14° etse boit frais, en apéritif ou pour accompagner un dessert (glace vanille et tarte tatin par exemple)

Bougies à la cire d’abeille

Au moment des fêtes, je propose tout une gamme de bougies, réalisées à partir de ma propre cire, récupérée lors de l’extraction du miel ou de la fonte de cadres de réforme.

Les abeilles et l’environnement

L'apiculture, une activité menacée

Comme toute activité agricole, l’apiculture est soumise aux aléas de la météo, et nombreux sont les ennemis de l’abeille. L’apiculteur est aujourd’hui chargé d’une mission de bien public, pour défendre et maintenir un cheptel menacé.

Avec l’intensification des pratiques agricoles ( fauches précoces et répetées des prairies, surfertilisation, pesticides, …) le paysage s’appauvri en fleurs et, à certaines périodes de l’année, les abeilles peuvent rencontrer des carrences, entrainant une baisse d’immunité.

Outre ses prédateurs naturels, comme les hirondelles, guepiers et autres lezards, qui font partie de l’écosystème, l’abeille doit faire face à de nouveaux ennemis et parasites, en particulier le frelon asiatique, et surtout le redoutable varroa destructor, un acarien omniprésent et difficile à combattre. Le varroa se nourrit des larves d’abeilles et infeste les individus adultes. Il affaiblit les abeilles en piquant leur hemolymphe, mais est aussi vecteur de nombreux virus.

Varroa

La tâche de l’apiculteur est double : maintenir un cheptel en bonne santé, et parvenir à produire suffisamment de miel pour une activité rentable.

Les etapes de la production

Un métier saisonnier

Les colonies d’abeilles suivent toutes le même développement, intimement lié aux saisons et aux conditions météo, qui influencent en particulier la ponte de la reine.

Janvier : les jours rallongent, la ponte de la reine reprend

L’apiculteur inspecte les ruchers. Nourrissement au sucre candi possible pour les colonies le nécessitant.

Février / mars : Les abeilles sortent de l’hivernage réveillent avec la fin de l’hiver.

Surveillance accrue des réserves en miel, nourrissement éventuel

Avril / mai

LLes colonies se développent, la ponte de la reine s’intensifie. Les pissenlits, fruitiers, aubépines, colza sont en pleine fleur et fournissent des apports importants en nectar et pollen. Le printemps est la période la plus dynamique, les abeilles sont à fond ! Pas de répit pour l’apiculteur, qui doit s’assurer que les colonies se développent bien. C’est aussi la période de l’essaimage, en mai, juste avant la miellée d’acacia. Il faut être sur tous les fronts, faire des essaims, élever les reines de remplacement, poser les hausses, effectuer les premières transhumances.

Juin / juillet

Récolte, extraction, transhumances : la saison bat son plein. Après la récolte du miel d’acacia, il faut poser de nouvelles hausses, transhumer en montagne, continuer les élevages de reines, …

Les récoltes sont des chantiers exigeants physiquement. C’est aussi la récompense de tous les efforts entrepris depuis une année au moins.

Août / septembre

Après les dernières miellées, il est déjà temps de penser à la fin de saison, et aussi à la saison prochaine. Il faut impérativement s’occuper de limiter les populations de varroa : traitement acaricide, méthodes biomécaniques pour limiter ou interrompre la ponte de la reine, tout doit être mis en œuvre pour permettre aux colonies de préparer un hivernage dans de bonnes conditions.

Les miellées de  verge d’or, impatiente, lierre, de mi-juillet à mi-septembre, procurent des apports de nectar et de pollen, consommés et stockés dans la ruche. Un nourrissement complémentaire à base de sirop de fructose/glucose permet de completer les réserves. Chaque colonie doit démarrer son hivernage avec au moins 20 kgs de provisions.

Les entrées de ruches sont réduites, pour éviter les intrusions pendant l’hiver.

Octobre à février

 

Période de repos, c’est l’hivernage. Les abeilles se tiennent au chaud, elles frissonnent sur leur réserves énergétiques et ne sortent qu’à la faveur d’une belle journée où la température remonte vers 10 )C, pour effectuer un vol de propreté, afin de vider leur ampoule rectale. Des températures basses ne sont pas un problème, à condition que la colonie soit populeuse. L’union fait la force.

Pour l’apiculteur, c’est le moment de mettre le miel en pots, de fabriquer et commercialiser tous les produits gourmands. C’est aussi le moment de fabriquer et entretenir le matériel, et de souffler un peu !

Le saviez-vous ?

Contact

N'hésitez pas à me contacter !

Send Us a Message

N'hésitez pas à me contacter

sending...

Contact Info

Haute-Savoie

Phone: 06 33 69 71 09